previous arrow
next arrow
Slider

Tant au niveau du gouvernement fédéral que du gouvernement provincial, des mesures sont prises afin de contribuer au rétablissement des espèces à statut précaire et à la restauration de leur habitat.


 Des lois et règlements

Au Canada, la Loi sur les espèces en péril (L.C. 2002, ch. 29) vise notamment à prévenir la disparition des espèces sauvages et à permettre leur rétablissement.

Au Québec, la Loi sur les espèces menacées et vulnérables (LEMV) (chapitre E-12.01) vise à éviter la disparition des espèces menacées et vulnérables du Québec et à rétablir les populations en difficulté, notamment en conservant leur habitat. Les espèces fauniques désignées sont inscrites dans le Règlement sur les espèces fauniques menacées ou vulnérables et leurs habitats, et certaines d’entre elles font l’objet d’un plan de rétablissement. Outre le caribou forestier, 18 espèces fauniques, dont l’ours polaire et le pygargue à tête blanche, figurent sur la liste des espèces désignées vulnérables au Québec.

Le Plan de rétablissement du caribou forestier au Québec 2013-2023

Le premier Plan de rétablissement du caribou forestier s’appliquait à la période 2005-2012. En septembre 2015, il était toujours en vigueur. Une nouvelle version a été rendue publique pour la période 2013-2023. [1] Ce plan vise à permettre au caribou forestier de retrouver un état satisfaisant partout dans son aire de répartition afin que les autorités puissent le retirer de la liste des espèces vulnérables.

Aire d’application du Plan de rétablissement du caribou forestier au Québec

Qu’entend-on par « plan de rétablissement » ?

Un plan de rétablissement est un document qui définit la stratégie et les objectifs de rétablissement d’une espèce sur un horizon d’au moins cinq ans. Il résume la situation de l’espèce et présente les actions à retenir pour atteindre les objectifs de rétablissement.

Objectifs et mesures

  • Conserver des habitats propices au caribou forestier.

    • Mise en place une stratégie d’aménagement de l’habitat.

    • Création d’aires protégées répondant aux exigences du caribou.

    • Réduction du dérangement humain et du taux de perturbation de l’habitat du caribou.

  • Atteindre et maintenir un effectif d’au moins 11 000 caribous forestiers (1,7 caribou par 100 km2), répartis uniformément dans l’aire d’application du Plan.

    • Diminution des mortalités d’origine humaine.

    • Diminution des mortalités attribuables à la prédation.

  • Obtenir l’appui du public et l’implication des Premières Nations et des intervenants du territoire.

    • Sensibilisation des intervenants du territoire, incluant le public, les Premières Nations, les villégiateurs, les chasseurs et les intervenants industriels.

  • Poursuivre l’acquisition de connaissances.

    • Acquisition de connaissances sur l’état des populations et des hardes.

    • Amélioration des connaissances sur les relations proies-prédateurs, les effets des perturbations de l’habitat et du dérangement anthropique.

    • Documentation des connaissances des Premières Nations sur le caribou.

L’Équipe de rétablissement

L’Équipe de rétablissement réunit des représentants de différents groupes concernés par la question du caribou dans les secteurs de la faune, des forêts, des mines, de l’hydro-électricité, du plein air, de l’environnement, des Premières Nations, des universités, etc. Cette équipe multidisciplinaire a pour mandat de rédiger le plan de rétablissement et d’assurer le suivi de sa mise en oeuvre.

Des lignes directrices afin d’orienter les plans d’aménagement de l’habitat

L’intégration des nouvelles connaissances au plan de rétablissement est essentielle afin que la stratégie proposée repose sur des objectifs et des mesures adaptées à la situation actuelle. Ces connaissances sont intégrées aux lignes directrices pour l’aménagement de l’habitat du caribou forestier, lesquelles énoncent des principes permettant de guider l’élaboration des plans d’aménagement de l’habitat du caribou en région.

 

Étapes de l’élaboration et de la mise en oeuvre des mesures de rétablissement du caribou forestier

Quel est le potentiel de rétablissement du caribou forestier ?

L’aire d’application du Plan de rétablissement représente environ
644 000 km². Sur l’ensemble de ce territoire, les perspectives de rétablissement du caribou forestier semblent raisonnablement bonnes. Toutefois, ce pronostic varie fortement selon la région :

  • Secteurs Centre, Nord et Est. Il serait possible de maintenir le caribou, à la condition que les taux de perturbation des habitats demeurent inférieurs aux seuils critiques (taux de perturbation inférieur ou égal
    à 35 %).
  • Secteur Sud et populations isolées. Maintien ou accroissement des hardes résiduelles dépendantes des mesures mises en oeuvre quant au maintien ou à la protection de l’habitat du caribou.
  1. Équipe de rétablissement du caribou forestier au Québec, 2013 (mai). Plan de rétablissement du caribou forestier (Rangifer tarandus) au Québec 2013-2023. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs du Québec, Faune Québec, 110 p.

a9ra95f

a9ra95f                logo nq