previous arrow
next arrow
Slider

Plus petit que l’orignal et plus grand que le cerf de Virginie, le caribou forestier est un cervidé mesurant environ 1,1 m au garrot et pouvant peser jusqu’à 200 kg. La couleur du pelage varie selon les saisons, mais de façon générale il est grisâtre sur le dos et plus pâle sur les flancs et le ventre. Fait unique chez les cervidés, les mâles et les femelles portent des bois (bien que certaines femelles en soient dépourvues). Le caribou forestier vit en moyenne 4,5 ans, mais certains individus atteignent 15 ans en milieu naturel. [6]


Habitat

Le caribou forestier vit en forêt boréale, entre le 49e et le 55e parallèle. Il fréquente les domaines bioclimatiques de la pessière à lichens et de la pessière à mousses, ainsi que la sapinière à bouleau blanc. [6] La densité moyenne de caribous sur l’ensemble de son aire de répartition est de 1,5 individu par 100 km2. [6] Dans certains secteurs, cette densité peut atteindre 6,7 caribous par 100 km2, alors que le caribou est totalement absent d’autres secteurs. [6]

L’habitat du caribou forestier est composé de milieux dénudés secs et de forêts résineuses matures. [2] Il se déplace sur de longues distances afin de combler l’ensemble de ses besoins. En général, les caribous sélectionnent peu les milieux perturbés, tels que les coupes récentes, les jeunes peuplements ou les peuplements mixtes et feuillus. [2]

Alimentation

Les lichens terrestres ou arboricoles constituent la base du régime alimentaire du caribou forestier. [4] Le lichen est le résultat d’une symbiose (c’est-à-dire une association) entre une algue et un champignon. Sa croissance est très lente et il peut aussi bien tapisser le sol que pousser sur les arbres. Le lichen n’est pas facilement digestible ; le caribou est d’ailleurs le seul cervidé à pouvoir s’en alimenter.

En hiver, 75 % de l’alimentation quotidienne du caribou est composée de lichens. [5] Pour en trouver, le caribou creuse des cratères dans la neige. Ces cratères peuvent atteindre 1,2 m de profondeur. [1] Mais, dès le printemps, le caribou intègre à son alimentation des plantes herbacées ainsi que des feuilles arbustives. En été, les lichens ne comptent donc plus que pour 10 à 25 % de sa nourriture. [5]

Un comportement alimentaire remarqué 

Les Micmacs appelaient le caribou « Xalibu », ce qui signifie « celui qui creuse pour se nourrir ». En effet, en hiver, le caribou creuse dans la neige pour trouver du lichen.

caribou2 f2

Déplacements

Le caribou forestier effectue de grands déplacements au sein de la forêt boréale. L’amplitude de ses déplacements varie entre les saisons. [6]

Reproduction

Le taux de reproduction du caribou forestier est faible. En effet, les femelles ne se reproduisent généralement qu’à partir de 2,5 ans. L’accouplement a lieu vers la mi-octobre, et la mise bas se déroule généralement du 20 mai au 10 juin. [4] Contrairement à l’orignal ou au cerf de Virginie, les femelles ne donnent naissance qu’à un seul faon par année. [4] Le taux de mortalité des faons est généralement élevé, souvent en raison de la prédation en bas âge.

  1. Barrette, C., et D. Vandal, 1986. Social Rank, Dominance, Antler Size and Access to Food in Snow-bound Wild Woodland Caribou. Behaviour 97, 118-146.
  2. Bastille-Rousseau, G., et coll., 2012. Sélection d’habitat du caribou forestier en forêt boréale québécoise. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Direction générale de l’expertise sur la faune et ses habitats, 66 p.
  3. Brown, G. S, 2005. Habitat selection by Woodland Caribou in Managed Boreal Forest of Northeastern Ontario. [Thèse de doctorat], University of Guelph, 189 p.
  4. Courtois, R., et coll., 2003. Rapport sur la situation du caribou forestier au Québec. Société de la faune et des parcs du Québec, Direction de la recherche sur la faune, Direction de l’aménagement de la faune de Jonquière et Direction de l’aménagement de la faune de Sept-Îles, 45 p.
  5. Crête, M., et al., 1990. Biomasse et espèces de lichens terrestres pour le caribou dans le nord du Québec. Canadian Journal of Botany 68 (10), 2047-2053.
  6. Équipe de rétablissement du caribou forestier au Québec, 2013 (mai). Plan de rétablissement du caribou forestier (Rangifer tarandus) au Québec 2013-2023. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs du Québec, Faune Québec, 110 p.
  7. Timmermann, H. R, 1998. Use of Mixedwood Sites and Forest Cover by Woodland Caribou. Thunder Bay, Ontario Natural Resources Ministry, 15 p.

a9ra95f

a9ra95f                logo nq