Slide background
Slide background
Slide background
Slide background

Symbole des grands espaces, le caribou occupe l’une des aires de répartition les plus vastes au Canada. Elle traverse le pays d’est en ouest et s’étend, au nord, jusqu’aux pointes des îles Ellesmere. Le caribou a été essentiel à la survie des populations autochtones qui le chassaient pour sa viande, mais également pour sa peau, sa graisse et ses os. Cette chasse leur permettait de se vêtir, se chauffer, s’éclairer et de fabriquer des outils. Encore aujourd’hui, l’espèce conserve une grande importance dans le mode de vie de plusieurs communautés autochtones, pour lesquelles il demeure une source de nourriture, ainsi qu’un symbole culturel et spirituel.

Portrait de famille

Au Canada, on retrouve quatre sous-espèces de caribous, soit le caribou de Peary, le caribou de Grant, le caribou de la toundra du Nord-Ouest canadien et le caribou des bois. On estime le nombre de caribous qui sillonnent le pays à environ 2,4 millions. Plus de la moitié composent les grands troupeaux de la toundra dans les Territoires du Nord-Ouest. Autrefois, il existait une cinquième sous-espèce, le caribou de Dawson, mais celle-ci a disparu au début du 20e siècle. Le caribou des bois est la seule sous-espèce présente au Québec. Cette sous-espèce se divise à son tour en trois écotypes, c’est-à-dire trois groupes qui se distinguent par leur écologie, leur habitat et leur comportement. On retrouve ainsi le caribou toundrique, le caribou forestier et le caribou montagnard. Ces trois écotypes sont morphologiquement semblables. Toutefois, ils sont distincts d’un point de vue génétique. Les différences sont telles que ces trois écotypes pourraient être considérés comme des sous-espèces.

L’écotype toundrique

Dans le nord du Québec, au-delà du 55e parallèle, on retrouve deux immenses troupeaux de caribous, celui de la Rivière-Georges et celui de la Rivière-aux-Feuilles. En 2001, les populations atteignaient près de 1 million d’individus. Des nouveaux inventaires sont actuellement en cours. Ils montrent de fortes baisses de populations, associées entre autres au manque de nourriture. Ainsi, le troupeau de la Rivière- Georges, qui comptait environ 381 000 caribous en 2001, ne compte plus qu’environ 74 000 têtes. Cet écotype effectue de longues migrations pour occuper alternativement ses aires de mise bas et ses aires d’alimentation. On estime que certains individus pourraient parcourir jusqu’à 6 000 km par année !

L’écotype forestier

Le caribou forestier est certainement le moins bien connu des trois écotypes. Associé aux grands massifs forestiers, il est présent en faible densité dans la forêt boréale où on le retrouve principalement entre le 49e et le 55e parallèle. Contrairement à son cousin du nord, le caribou forestier ne fait pas de grandes migrations. Sa population est désignée vulnérable en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du Québec.

L’écotype montagnard ou caribou de la Gaspésie

Cet écotype est confiné aux hauts plateaux des massifs des Chics-Chocs et des McGerrigle, aux limites du parc national de la Gaspésie. Il s’agit là des vestiges d’une population qui occupait autrefois l’ensemble de la péninsule gaspésienne et qui comptait des milliers d’individus. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’environ 180 individus. La population est désignée menacée en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du Québec. Des mesures sont actuellement en place pour assurer le maintien de l’espèce, dont la protection de son habitat, un aménagement forestier adapté autour du parc et un contrôle des prédateurs. Cette dernière mesure est actuellement essentielle, car la prédation par les ours et les coyotes est le facteur qui limite le rétablissement de la population. Malgré les mesures en place, la survie de cette population, à long terme, est loin d’être assurée.


FacebookTwitterShare on Google+
Questions et commentaires
Pour toute question concernant les fermetures de routes forestières, veuillez vous adressez au ministère des Forêts, de la Faune et des parcs du Québec de la région Côte-Nord:
Site MFFP
Pour toute question concernant la règlementation relative à la villégiature, aux installations temporaires ou à la construction de bâtiments sur le territoire non-organisé Mont-Valin, veuillez vous adressez à la MRC Fjord-du-Saguenay:
Site MRC
Pour toute question concernant le programme Fonds autochtone pour les espèces en péril (FAEP), veuillez vous adresser à Environnement Canada:
Site Env. Canada
Pour toute question concernant le Collectif caribou ou le projet, veuillez nous écrire en utilisant le formulaire de contact du site.
Nous joindre