Slide background
Slide background
Slide background
Slide background

Importance de protéger l’habitat du caribou

La modification et la perte d’habitat qu’engendrent les activités humaines sont fortement responsables de la diminution de nombreuses hardes, puisque le caribou est sensible au dérangement et aux perturbations de son habitat. La protection de son habitat est donc devenue indispensable. Ainsi, le plan de rétablissement identifie la mise en place de massifs de protection et la complétion du réseau d’aires protégées comme des mesures essentielles et prioritaires. Le plan propose également la création de grandes aires protégées, principalement dans le nord de l’aire de répartition.

Que faut-il protéger?

Le caribou forestier a besoin de plusieurs types d’habitats pour assurer son cycle vital. Il est donc nécessaire que les aires protégées mises en place assurent la protection de l’ensemble de ces habitats. Le caribou utilise principalement les peuplements de résineux matures peu perturbés par l’homme et riches en lichens. Cet habitat est particulièrement utilisé en hiver. De plus, lors de la mise bas, période au cours de laquelle l’espèce est plus vulnérable, le caribou utilise plus particulièrement les milieux ouverts, tels les dénudés humides et les dénudés secs avec lichens. Ainsi, la protection de son habitat devrait favoriser ces types de peuplements tout en incluant d’autres habitats essentiels, tels les plans d’eaux ou autres terrains peu fréquentés par l’homme.

Comme le caribou se déplace entre différents habitats, ces aires protégées doivent être interconnectées.

Quelle taille doivent avoir les aires protégées?

Une aire protégée devrait permettre le maintien de l’intégrité de l’habitat essentiel aux espèces. Les vastes domaines vitaux annuels utilisés par le caribou forestier (entre 32 et 1 470 km2) appuient la nécessité de créer des aires

protégées de grande superficie afin que l’espèce puisse y accomplir la totalité de son cycle vital. Ainsi, le plan de rétablissement recommande la création d’aires protégées d’au moins 250 km2.

Par ailleurs, les études menées en Ontario ont montré que des secteurs de forêts matures de plus de 7 000 km2 doivent être présents dans le paysage afin de permettre le maintien des hardes de caribous. Cette affirmation est renforcée par le fait que la littérature scientifique suggère que les aires protégées établies en forêt boréale devraient compter une surface minimale allant de 5 000 à 7 000 km2, ceci afin d’assurer l’intégrité du territoire et minimiser les risques de destruction de ces aires par les perturbations naturelles (feux, épidémies).

Le plan de rétablissement recommande la création de grandes aires protégées, principalement pour le centre et le nord de l’aire de répartition du caribou forestier (mesure 9). Ces aires protégées permettraient d’assurer le maintien de vastes massifs d’habitats adéquats pour le caribou et serviraient de témoin pour évaluer l’efficacité des mesures de protection et de rétablissement mises en place ailleurs en forêt boréale.

Que faire en forêt boréale commerciale?

Au sud de son aire de répartition, le territoire est l’objet d’un fort intérêt de la part des industries d’exploitation des ressources naturelles. La création d’aires protégées destinées à la conservation de l’habitat du caribou forestier est donc soumise à la prise en compte de ces paramètres socioéconomiques. Le plan de rétablissement reconnaît toutefois qu’il sera nécessaire d’assurer la protection de l’habitat, même dans le territoire soumis à l’exploitation forestière.

Secteurs d’intérêts identifiés par Nature Québec pour le caribou forestier

Ainsi, le plan prévoit que dans le cadre de la stratégie d’aménagement de l’habitat du caribou, des massifs de protection ou d’aires protégées d’environ 250 km2 répondant aux besoins du caribou forestier devront être mis en place pour assurer le maintien d’habitats favorables dans la forêt aménagée.

Le plan suggère également de compléter le plus rapidement possible le réseau d’aires protégées en forêt boréale. Actuellement, le réseau inclut environ 5 % de la forêt sous aménagement alors que l’objectif du gouvernement provincial est de 12 %. Par ailleurs, très peu des aires protégées actuelles recoupent les territoires d’intérêt pour le caribou. Aussi, l’établissement d’aires protégées dédiées, entre autres, au caribou forestier doit être envisagé, en complémentarité avec les critères de représentativité de la biodiversité. Le remodelage des aires existantes pourrait également contribuer à la conservation de l’habitat du caribou.

Assurer la tranquillité du caribou dans les territoires protégés

Pour assurer l’efficacité des mesures de protection, il est nécessaire de maintenir la tranquillité du caribou dans les massifs de protection et les aires protégées qui lui sont dédiées. Ainsi, dans ces territoires, le plan de rétablissement recommande de limiter le développement de la villégiature et des activités récréatives et d’améliorer la gestion des chemins.

Les aires protégées ne sont pas des territoires inaccessibles…

Il existe plusieurs catégories d’aires protégées au Québec et elles ont toutes pour objectif d’assurer la protection de la biodiversité. Toutefois, elles peuvent avoir des objectifs de gestion différents. Ces objectifs conditionnent les activités pouvant y être pratiquées par l’homme, en adéquation avec les

objectifs de conservation. Par exemple, la randonnée et le canot sont admis dans les parcs nationaux (catégorie II) alors que la chasse y est interdite. Par ailleurs, dans une aire protégée de catégorie IV, comme certains refuges fauniques et habitats fauniques, la pratique de la chasse, de la pêche et de la villégiature est permise.

FacebookTwitterShare on Google+
Questions et commentaires
Pour toute question concernant les fermetures de routes forestières, veuillez vous adressez au ministère des Forêts, de la Faune et des parcs du Québec de la région Côte-Nord:
Site MFFP
Pour toute question concernant la règlementation relative à la villégiature, aux installations temporaires ou à la construction de bâtiments sur le territoire non-organisé Mont-Valin, veuillez vous adressez à la MRC Fjord-du-Saguenay:
Site MRC
Pour toute question concernant le programme Fonds autochtone pour les espèces en péril (FAEP), veuillez vous adresser à Environnement Canada:
Site Env. Canada
Pour toute question concernant le Collectif caribou ou le projet, veuillez nous écrire en utilisant le formulaire de contact du site.
Nous joindre