Slide background
Slide background
Slide background
Slide background

Plus petit que l’orignal et plus grand que le cerf de Virginie, le caribou forestier mesure environ 1,20 mètre au garrot. Le mâle peut peser jusqu’à 200 kg, et la femelle jusqu’à 100 kg. La couleur du pelage varie selon les saisons, mais, de façon générale, il est brun ou grisâtre, avec les flancs blancs et une collerette blanche. Fait unique chez les cervidés, les femelles, tout comme les mâles, portent des bois. La longévité moyenne du caribou forestier est estimée à environ 4,5 ans, mais certains individus pourraient atteindre 13 ans en milieu naturel.

Habitats et domaines vitaux

Le caribou forestier vit dans la forêt boréale, entre le 49e et le 55e parallèle. Son vaste domaine vital s’étend en moyenne sur 200 à 300 km2 sur une base annuelle, et sur 20 à 50 km2 sur une base saisonnière (rut, mise bas, hiver). Il existe cependant une grande variabilité entre les individus (32 à 1 470 km2, et même 4 300 km2 dans l’ouest du Québec). La densité moyenne sur l’ensemble de l’aire de répartition est de 1 à 2 caribous pour 100 km2. À titre de comparaison, dans l’aire de répartition du caribou, la densité des orignaux est de 25 à 44 individus pour 100 km2. De manière générale, l’habitat du caribou forestier est composé de forêts résineuses matures, avec ou sans lichens, principalement d’épinettes ou de sapins. Il fréquente de préférence les milieux fermés, mais utilise aussi les peuplements forestiers ouverts, tels que les tourbières. Il évite les milieux perturbés, dont les coupes forestières et les brûlis récents.

Alimentation

Les lichens terrestres constituent la base du régime alimentaire du caribou forestier. En hiver, il peut d’ailleurs creuser des cratères jusqu’à 1,20 mètre de profondeur dans la neige pour atteindre cette source de nourriture. L’été, le caribou profite de la disponibilité des plantes pour diversifier son régime alimentaire. Au lichen s’ajoutent des plantes herbacées, ainsi que des feuilles arbustives.

Déplacements

Tout comme son cousin toundrique, le caribou forestier se déplace beaucoup, mais sur une moins grande distance. Il effectue des migrations saisonnières au sein de la forêt boréale, se déplaçant de son aire d’hivernage aux zones de rut ou aux zones estivales. Habituellement, les caribous sont fidèles à leurs sites de rut, d’hivernage et de mise bas, qui sont généralement espacés de moins de 80 km.

Reproduction

Le taux de reproduction du caribou forestier est faible. En effet, la maturité sexuelle des adultes est atteinte tardivement. Les femelles ne se reproduisent qu’à partir de 2,5 ans et elles ne donnent naissance qu’à un seul faon par an. Le taux de mortalité des faons est généralement élevé, souvent à cause de la prédation. Les accouplements ont lieu vers la mi-octobre. Le rut est d’ailleurs une période d’activité intense au sein des hardes. À la suite des phases d’intimidations et de combats, une hiérarchie s’installe entre les mâles au sein de la harde afin d’identifier celui qui pourra s’accoupler avec les femelles. Le mâle est polygame, c’est-à-dire qu’il s’accouple avec plusieurs femelles.


FacebookTwitterShare on Google+
Questions et commentaires
Pour toute question concernant les fermetures de routes forestières, veuillez vous adressez au ministère des Forêts, de la Faune et des parcs du Québec de la région Côte-Nord:
Site MFFP
Pour toute question concernant la règlementation relative à la villégiature, aux installations temporaires ou à la construction de bâtiments sur le territoire non-organisé Mont-Valin, veuillez vous adressez à la MRC Fjord-du-Saguenay:
Site MRC
Pour toute question concernant le programme Fonds autochtone pour les espèces en péril (FAEP), veuillez vous adresser à Environnement Canada:
Site Env. Canada
Pour toute question concernant le Collectif caribou ou le projet, veuillez nous écrire en utilisant le formulaire de contact du site.
Nous joindre