Slide background
Slide background
Slide background
Slide background

Le développement des industries des pâtes et papiers, au 19e siècle, est à l’origine de la progression graduelle des récoltes forestières dans l’aire de répartition du caribou forestier. Aujourd’hui, les activités forestières se déploient jusque dans la pessière où, de concert avec les perturbations naturelles, elles modifient l’habitat du caribou dans le territoire sous aménagement (entre le 51e et le 52e parallèle).

Les coupes forestières modifient la structure d’âge à l’intérieur de l’habitat du caribou forestier sous aménagement. Avec les feux, elles contribuent à réduire temporairement la proportion des forêts matures, donc la quantité et la qualité du lichen, ce qui entraîne une perte d’habitats favorables au caribou. De plus, les coupes multiplient les milieux ouverts, ce qui entraîne une augmentation de la proportion de feuillus et de petits fruits dans les secteurs de coupes. Cela favorise la présence des prédateurs (ours noir et loup) sur le territoire, augmentant le taux de prédation des faons de caribous.

Par ailleurs, les caribous évitent les secteurs de coupe sur une distance qui dont l’estimé varie de 9 à 13 km, selon les études. Cet évitement est relié au dérangement, mais également à la perturbation de l’habitat.

Ce que dit le plan de rétablissement

Le plan de rétablissement identifie l’adoption de mesures d’aménagement forestier visant à maintenir, à long terme, l’intégrité de la forêt boréale. Ainsi, plusieurs mesures touchent l’aménagement forestier:

- „„l’adoption d’une stratégie d’aménagement de l’habitat du caribou forestier;

- l’implantation d’un aménagement écosystémique;

- la révision ou l’adaptation du cadre réglementaire en regard du réseau de chemins forestiers et des normes d’intervention en forêt.

Afin de maintenir des habitats adéquats pour le caribou, une stratégie d’aménagement de son habitat a été développée par les compagnies forestières, de concert avec le gouvernement et les partenaires territoriaux. Cette stratégie est actuellement mise en application et

a été intégrée au sein des plans d’aménagements des unités d’aménagement forestier (UAF) de la Côte-Nord et du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour la période 2008-2013.

La stratégie a pour but de diminuer les impacts des interventions forestières sur l’habitat du caribou en favorisant la protection des sols (lichen), le maintien d’une partie de l’obstruction latérale, la limitation de l’enfeuillement et la régénération des secteurs coupés par des essences présentes dans les peuplements avant la coupe.

La stratégie d’aménagement comporte deux niveaux:

- la mise en place d’un réseau de massifs de protection et de remplacement pour protéger certains secteurs fortement utilisés;

- le développement d’un aménagement forestier écosystémique qui permettra le maintien de conditions adéquates pour le caribou, dans l’ensemble de son aire de répartition.

Les massifs de protection et de remplacement

La stratégie d’aménagement de l’habitat du caribou prévoit le maintien de massifs de protection d’au minimum 100 km2 et, idéalement, de 250 km2 afin d’assurer une disponibilité d’habitats convenables pour le caribou, notamment en hiver, dans des secteurs d’intérêt pour l’espèce. Aucune intervention forestière ne devra être réalisée dans ces blocs composés d’habitats naturels, et la construction de routes devra être évitée.

Adjacents aux massifs de protection, des massifs de remplacement d’égale superficie doivent être identifiés. À moyen et long terme, ces blocs formés de peuplements en régénération assureront la disponibilité de secteurs favorables au caribou.

La rotation entre les blocs de protection et de remplacement devrait permettre le maintien d’un habitat adéquat pour le caribou forestier dans les zones exploitées.

L’aménagement forestier doit également assurer une connectivité entre les secteurs afin de favoriser les déplacements du caribou. Ainsi, la stratégie d’aménagement prévoit la mise en place de corridors de déplacement. Une répartition temporelle de la récolte autour des massifs de protection devra être réalisée de façon à éviter une récolte simultanée de l’ensemble des massifs entourant les blocs de protection.

Et pour le reste du territoire?

Même si la stratégie présentée permettra le maintien de certains massifs adéquats pour le caribou, la majeure partie du territoire forestier ne sera pas incluse dans ce système de blocs. Le plan de rétablissement propose donc l’implantation d’un aménagement écosystémique sur le reste du territoire. Cette approche constitue d’ailleurs le cœur du nouveau régime forestier qui sera implanté en 2013.

Les techniques de coupe devront être diversifiées et le patron de dispersion des coupes (l’agencement des coupes dans l’espace) fera en sorte de maintenir une proportion importante de forêts matures et résineuses, ainsi que la connectivité au niveau du paysage.


FacebookTwitterShare on Google+
Questions et commentaires
Pour toute question concernant les fermetures de routes forestières, veuillez vous adressez au ministère des Forêts, de la Faune et des parcs du Québec de la région Côte-Nord:
Site MFFP
Pour toute question concernant la règlementation relative à la villégiature, aux installations temporaires ou à la construction de bâtiments sur le territoire non-organisé Mont-Valin, veuillez vous adressez à la MRC Fjord-du-Saguenay:
Site MRC
Pour toute question concernant le programme Fonds autochtone pour les espèces en péril (FAEP), veuillez vous adresser à Environnement Canada:
Site Env. Canada
Pour toute question concernant le Collectif caribou ou le projet, veuillez nous écrire en utilisant le formulaire de contact du site.
Nous joindre